Liens utiles
Navigation rapide

EVENT
Titre de l'event en cours

Aucun Event en cours pour le moment.Mais ne crois pas être à l'abri très longtemps... Le staff laisse souvent libre cours à leur imagination tordue.
Prédéfinis
Et les gagnants sont . . .



Statistiques
Evaluons la population
6
3
1
1
0
0
5
1

La rumeur
Ce mois-ci, tu es . . .

Il semblerait qu'une grande ombre tisse secrètement sa toile sur la ville. On ignore s'il s'agit d'une bonne ou d'une mauvaise nouvelle ; les héros, comme les vilains, sont en proie à de nombreuses interrogations. Le doute reste entier mais, pourtant, il semblerait que le vent murmure un nom entre deux brises ; Cекрет. Qu'en est-il vraiment ?
Les crédits
Il faut aussi vous remercier

Nous tenons tout particulièrement à remercier notre précieuse Myrrdin pour la quasi totalité du codage du forum, et à notre adorable Skaemp pour ses codages en libre service. Sans eux, le forum n'aurait pas pu voir le jour et nous les en remercions avec un amour PROFOND et PLEIN DE PAILLETTES. Merci de ne donc pas vous approprier leur travail (sinon on vous bouffe).
Les annexes et autres sujets administratifs ont été rédigés par Moon et Baghera (aka Stardust et Anna) qui se sont basées sur le guide officiel de My Hero Academia pour apporter le maximum d'informations ; toute reproduction est interdite.
Les partenaires
Nos copains de nos kokoros

VOS TRONCHES D'AMOUR ICI ♥

We can survive the worst of battles as long as you stay by my side ♣ "Anna"
 :: Trombinoscope et biographie :: Présentations :: Fiches validées

avatar
Véritable Identité : //
Messages : 49
Voir le profil de l'utilisateur
Civile sans Alter
Mer 11 Avr - 8:07
  • Crescent
  • Emilyne Luna Anna (mais elle préfère se faire appeler par le dernier)
  • 17 ans fraîchement acquis
  • Canadienne par le père, Suisse par la mère
  • Célibataire amoureuse
  • Etudiante à domicile
  • Riche enfant expatriée pour cause de business parental
▬ ft. Nill DOGS : Bullets and Carnage

Carnation : Menue, fine
Taille : ...
Cheveux : D’un blond doré
Yeux : Bleu pastel
Signe(s) distinctif(s) : Une tâche de naissance (couleur vin) en forme de goutte au milieu de la poitrine
Caractère & Alter

Caractère
Anna est mignonne, Anna est gentille.

Bien sûr, ce sont là les deux traits de caractère jumeaux qui transperce le plus le regard lorsqu’on l’aperçoit pour la première fois. Cette adolescente, toute perdue qu’elle est sur le chemin de la femme-enfant, attire l’attention de par la clarté qu’elle renvoie. C’est un ange descendu du ciel, un être bien trop vulnérable pour le monde actuel. A être si aimable, elle ne réalise pas à quel point elle se met en danger, en permanence. Elle n’y peut rien, ainsi fut élevée Anna et ses valeurs resteront sans doute gravées longtemps quelques part en elle, même si ses grands yeux respirent la bonté eux aussi.

Anna est jolie, Anna est souriante.

Oui, c’est bien vrai, Anna ne se laisse pas bousculer par l’adversité. Elle croit, elle veut croire à une solution à tout problème. Un jour, le monde ira mieux, elle veut le croire. Sa croyance n’a d’égal que la force mentale que l’on ne soupçonnerait guère chez une pareille gamine. Mais en dépit de son apparence fragile et de son incapacité à jauger le danger d’une situation ou faire preuve d’instinct de survie minimal, Anna sait résister aux chocs de la vie bien plus qu’on ne le croit. Si ce n’était pas le cas, elle se serait sans doute suicidé depuis bien longtemps. Ce ne sont pas les occasions qui lui auraient manquées, en plus. Mais non, elle a toujours observée les rôles pour lesquels on l’avait choisi pour ou contre son gré, se contentant d’obéir en attente de son avènement.

Anna est fragile, Anna est faible.

Oui, cette petite princesse d'un mètre soixante, toujours joliment vêtue de robes et de tissus hors de prix, ressemble davantage à un objet de collection qu’à un véritable être humain. Anna ne sait pas se défendre toute seule, elle ne sait défendre personne. Elle ne hausse jamais le ton, elle ne sait même pas vraiment comment s’énerver. C’est une petite souris bien brave mais qui n’a aucune chance, à l’heure actuelle, de survivre sans protection dans cet univers de Vilains et de Heros.

Anna est modeste, Anna pense d’abord aux autres.

Oh, oui, il y a ça, aussi. Anna n’est qu’une fichue représentation de la lycéenne fade et sans contours, qui veut bien faire sans jamais rien demander en retour. C’est le cas. Ainsi est-elle, rien ne peut la changer, rien ne semble avoir d’emprise sur elle pour la modeler autrement. En soit, c’est aussi une sorte de force, au fond. Au lieu d’hurler et user de ses poings, Anna embaume de cœur d’autrui dans un carcan de générosité et de sympathie. Parfois, elle aura envie d’écrire pour vous, de coudre une petite chose mignonne mais non identifiable à accrocher à vos clefs, de chanter pour vous et ce, uniquement pour vous remonter le moral ou vous faire savoir qu’elle est là, pour vous. Et que même si elle ne peut rien faire dans l’immédiat, elle sera ce soutien indéfectible dans votre dos, pour vous pousser contre vents et marées.

Car Anna est un ange descendu du ciel et malheureusement retenue en cage. Anna ne peut que chanter vers le ciel pour le soutenir d’où elle se trouve, à défaut de pouvoir y voguer de nouveau. Serez-vous son ciel, vous aussi, Invité ?


Alter
Aucun alter pour elle.

Histoire

Il n’y a rien de particulier à dire à propos d’Emyline. Seconde fille d’un couple de la noblesse anglaise émigrée au Canada, elle est choyée dès sa naissance et obtient les meilleurs atours avant même d’avoir atteint l’âge de raison. Après avoir torturée sa mère pendant de longues heures afin de prendre sa première goulée d’air, la petite rejoint vite son cercle familial qui la gâte et la choie autant que faire se peut.

Dès le plus jeune âge, Emyline obtient une éducation stricte, exactement comme sa sœur avant elle. Elle apprend à se comporter correctement en société, à faire honneur à son rang. Instruite, elle reçoit chaque jour la visite de nombreux précepteurs qui lui enseigne l’usage du français, du latin, de l’italien mais aussi du grec ancien. Car une lady se doit de connaître au moins quatre langues raffinées d’après les dires de sa mère, une femme issue d’une grande famille de notables. Elle ne bronche pas, elle est docile et ne fait jamais de caprices. Elle va à l’école regroupant les rejetons des plus riches de la planète et y évolue sans problème.

Ce n’est pas une fille à problèmes, loin de là. Elle ne cherche pas les ennuis – ils sont suffisamment débrouillards pour la trouver seuls, de toute manière – et est attentive en cours, aimable avec les autres. Tous les autres. Ses beaux cheveux blonds soyeux et ses yeux bleus imbibés d’innocence font chavirer le cœur de bien des garçons bien qu’aucun n’ait jamais eu l’occasion – ou le courage – de se confesser à la charmante Crescent. Elle vit donc sa vie comme toutes les filles de bonnes familles. Emyline devient un cliché de la perfection tant attendue dans la société actuelle. Elle prend des cours de solfège, de danse, fait du théâtre et possède un chien de race nommé Alexander. Ses parents sont fiers d’elle, de même que sa sœur ainée.

Mais Emyline sera la dernière de sa fratrie. Sa mère ne peut plus avoir d’enfant. Après la naissance de sa deuxième fille, elle développa infection sur infection et fut contrainte de se faire opérer si elle voulait voir sa progéniture grandir. Elle ne possédait plus l’outillage nécessaire et naturel à la conception d’un nouvel enfant. Sans doute était-ce également pour cela qu’elle couvait la petite dernière comme la huitième merveille du monde. Dieu seul le sait.

Et puis vint le moment fatidique où tout se brise, se casse, s’évapore dans une nuée d’horreurs.

Rien n’aurait pu indiquer ce jour-là que la vie de l’entièreté de la famille Crescent allait basculer du tout au tout. Et pourtant.

Elle sortait des cours, comme à l’accoutumée, et s’apprêtait à traverser la rue pour rejoindre sa sœur ainée – venue lui faire la surprise de la chercher-  ainsi que le majordome chargé de la conduire et la ramener à l’école tous les jours lorsqu’un énorme fourgon noir s’arrêta devant elle. La demoiselle n’eut même pas le temps de crier ou de se débattre qu’un tissu était plaqué sur sa bouche. Plus rien par la suite. Il n’y avait plus que l’obscurité. Elle était piégée. Elle n’avait que seize ans alors. Ce n’était qu’une enfant.

Alors, oui, d’autant dirait qu’elle n’a aujourd’hui que dix-sept ans et que la situation qu’elle a vécu ne s’étale pas – trop – dans le temps.  Mais un traumatisme a-t-il besoin d’être millénaire pour s’imprégner dans les chaires ? Non. Une seconde suffit à faire basculer une vie, tanguer un destin. Ce fut le cas pour Emilyne. C’est d’ailleurs en partie pour cela qu’elle refuse aujourd’hui d’être appelée ainsi. Ce prénom a fait la une de la presse, sérieuse comme à scandale. Et ça l’en avait rendu malade, tout simplement.
Pour revenir au sombre événement qui avait attrapé la petite Crescent dans ses filets, elle ne se souvient plus exactement du moment entre l’avant et l’après sa rencontre avec celle qui aura été durant une longue année sa ‘maîtresse’.

Emilyne fut droguée immédiatement après avoir été kidnappée. De cet épisode elle n’a que de très vagues souvenirs, tous plus atroces les uns que les autres. Le plus répugnant est sans aucun doute celui où elle se revoit sur le sol d’une cage en fer, épiée et observée par une foule informe et ombragée. Elle avait froid, terriblement froid et réalisa une seconde plus tard qu’elle ne portait aucun vêtement sinon sa jupe scolaire. Des mains la hissèrent alors qu’elle ne pouvait plus faire aucun mouvement ni exprimer aucune parole. Mais elle était bien consciente malgré tout, durant ce tout petit laps de temps. Et elle voulait hurler, crier, se débattre, sans y parvenir. Elle avait peur, terriblement peur, aussi. Et ces mains moites et inconnues qui la maintenaient comme un prix, un trophée, prête à l’exposer devant cette cohorte de silhouettes indéfinissables… Affreux.

‘Heureusement’, avant que l’on n’achève le travail en soulevant le dernier pan de tissu qui gardait là masquée sa vertu, une personne s’avança davantage que les autres et, observant la maigre proie d’une regard sans équivoque, l’acheta. Oui, vous ne rêvez pas. Elle avait été achetée, vendue comme une pièce d’antiquité dans un réseau sous-terrain de trafic d’êtres humains. Après tout, une ravissante jeune fille aux traits caucasiens, sans alter qui plus est, ça faisait un tabac auprès des collectionneurs de bizarreries, apparemment.

Emilyne céda de nouveau à un sommeil artificiel après avoir vu la mallette rempli d’une petite fortune être jetée au sol face à ses geôliers. Elle ne sut pas ce qui advint ensuite.
La sensation de douceur qui s’empara d’elle à son réveil lui fit croire qu’elle n’avait rien vécu des derniers évènements. Tout ceci ne pouvait être qu’un rêve, n’est-ce pas ?

Non.

Car lorsque les yeux bleus de la jolie petite demoiselle se rouvrir, elle ne mit guère longtemps à constater qu’elle n’était pas seule dans le grand lit où elle prenait repos depuis elle ne savait guère combien de temps. Il y avait une fille à côté d’elle. Emilyne prit peur, n’ayant jamais, ô grand jamais partagée sa couche avec qui que ce soit – même Alexander, lorsqu’il était autorisé parfois à dormir dans sa chambre, gardait le pied du lit. Elle tomba du lit, provoquant un brouhaha de tous les diables. Ceci réveilla l’inconnue dont le sourire ne rassura guère notre ingénue.

Elle lui expliqua tout, ne lui épargnant aucun détail.
Désormais, Emilyne lui appartenait. Elle l’avait acquis au cours d’une vente aux enchères et elle comptait bien profiter de sa possession désormais. Mais si c’était le seul détail qui lui fit avoir la chair de poule.
Son auto-proclamée propriétaire lui expliqua qu’elle était maintenant sa propriété, destinée à la servir comme bon lui semblait. Anna, abasourdie par ce brusque changement de statut social, ne sut quoi dire.

En vérité, elle ne put que se soumettre.

Pendant un an, elle vécut aux crochets de celle qui l’avait ‘sauvé’ de ce marché noir mais emprisonné bien autrement, sans autre option que celle de lui servir de garde-manger vivant ou peluche, selon l’envie de cette dernière. Car oui, cette femme, aux allures pourtant si enfantines, avait un alter des plus ahurissant. Il l’avait rendu cannibale et à chaque fois qu’elle goûtait à la chair humaine, les effets de son alter se faisaient immédiatement ressentir. Effrayant. Apparemment, le sang d’Emilyne était tout à fait au goût de cette individue hors-norme. Une chance, sans doute, dans un sens très précis, qu’elle ne se soit pas lassé d’elle entre-temps. Qui sait ce qui lui serait arrivé sinon ?

Malgré tout, Emilyne apprit, après quelques temps, à ne plus avoir peur de sa ‘propriétaire’. Elle l’intriguait davantage qu’elle ne la terrifiait, pour dire vrai. La cannibale la traitait avec délicatesse et s’assurait toujours du confort de sa très chère possession. Bien entendu, tout ceci demandait compensation et de temps à autre, le sang de la Crescent servait de ‘paiement’.

Au bout de six mois de détention, elle avait perdu tout espoir de revoir sa famille un jour. Mais c’aurait été sans compter l’intervention d’un héros, qui vint la tirer des griffes de la cannibale. Tout arriva si vite qu’en réalité, Emyline ne se souvient plus vraiment de ce qui s’est passé ce jour-là. Tout est flou, si flou. Il n’y a que la silhouette de Stardust qui resplendit dans sa mémoire et rien d’autre.

Sauvée, donc, la demoiselle fut conduite en sécurité et surtout, rendue à sa famille. Les retrouvailles furent riches en émotions et en larmes, mais la petite blonde demeurait tout de même soulagée d’être de nouveau avec les siens. Elle témoigna autant que faire se peut, bien qu’elle tut quelques détails qu’elle ne jugea pas nécessaire de dévoiler – étrangement, l’identité de sa ‘propriétaire’ demeura un mystère pour les enquêteurs, la demoiselle ne répondant jamais. Constatant les nombreuses cicatrices laissées sur sa peau et sa longue disparition – en réalité l’affaire avait déjà été classée sans suite et Emilyne déclarée décédée par les autorités depuis près de deux mois -, personne ne voulut trop insister et la forcer à parler. Elle en fut reconnaissante. Tout ce que la blonde voulait était de retourner à sa vie d’autrefois, paisible et rassurante.

Elle retrouva ses parents, sa sœur ainée, son chien tant aimé et une nouvelle prison dorée. Car, oui, ses parents refusèrent de la laisser retourner au lycée normalement, car jugé trop dangereux pour elle. Depuis lors, Emilyne, qui préfère de loin se faire appeler Anna (Luna étant le nom de sa mère), vit assez recluse chez elle, n’osant rien dire à ses parents qui la surprotègent, par peur qu’il ne lui arrive quelque chose encore, voire de pire. Elle ne sort que rarement mais profite à chaque fois de ces moments trop rares.
Au final, seuls les geôliers semblent avoir changé.

En attendant, le petit oiseau rêve de grands ciels bleus et de retrouver celui qui l’a sauvé. Stardust. A chaque fois que ce nom est prononcé, Anna voit ses joues s’empourprer et son cœur s’accélérer. Elle n’avait jamais été ainsi auparavant mais su immédiatement de quoi il s’agissait. Elle était amoureuse. Terriblement amoureuse. Ainsi donc commença sa quête, au lendemain de son dix-septième anniversaire, pour en savoir davantage sur Stardust. Son héros.

Baghera
27 ans bientôt ;v;
J’suis passé sous le bureau de Stardust pour avoir le poste :/
avatar
Véritable Identité : Noé Myers
Messages : 66
Voir le profil de l'utilisateur
Super Héros
Mer 11 Avr - 11:49
avatar
Véritable Identité : //
Messages : 49
Voir le profil de l'utilisateur
Civile sans Alter
Jeu 12 Avr - 0:51
J'ai finiii ♥️

:tsuyu: :tsuyu: :tsuyu: :tsuyu: :tsuyu: :tsuyu: :tsuyu: :tsuyu: :tsuyu: :tsuyu:
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Trombinoscope et biographie :: Présentations :: Fiches validées
We can survive the worst of battles as long as you stay by my side ♣ "Anna"

Sauter vers: